Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 septembre 2010 6 11 /09 /septembre /2010 12:47

DSCF0494(1)

 

Samedi 4 septembre, 14h15, l'aventure DCC débute à l'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle à bord de la compagnie Afriqiyah Airways, le nom de cette compagnie lybienne ne me rassure guère, heureusement que Valérie et Jean-Philippe, deux autres VSI DCC 2010 sont là pour rendre le vol plus détendu! Escale à Tripoli en Lybie, 5 heures sans voir la lumière du jour dans la salle de transit où nous n'avons même pas accès aux boutiques fermées pour le ramadan...On goûte quand même un savoureux panaché à la mangue et à la grenade, et passons le temps autour d'une table entre "Petit-Bac" improvisé à l'africaine et discussion avec deux soeurs aussi en transit qui se dirigent vers le Tchad.

 

DSCF0503(1)

 

Arrivée à 0h45, heure locale (1h de moins qu'en France l'été) à N'Djaména, où je peine à sortir de l'aéroport et suis presque assiégée par un groupe de jeunes tchadiens à la sortie des portiques, sans parler de l'accueil sévère des militaires et policiers aux frontières à la descente de l'avion, heureusement l'équipe DCC est là pour nous accueillir à la sortie et on sort vite de cet aéroport minuscule et caotique qui ne me rappelle que trop bien mes voyages au Maroc! Sévérine, DCC à Ndjaména, Nicolas, DCC à Mongo et Amaya DCC à Bébédja sont là pour nous accueillir tous les trois, c'est rassurant de se sentir s'y attendus! Première nuit passée à Arrupe, la maison des jésuites à N'Djaména, je découvre la moustiquaire et toutes ses complexités, il ne s'avère pas s'y facile que ça de se glisser dans son lit une fois la moustiquaire bordée sous le matellas! Le dimanche se passe en famille DCC, avec l'ensemble des volontaires en poste à N'Djaména et aux alentours, plutôt nombreux, je découvre ce que veut réellement dire "le réseau DCC", un petit monde à l'intérieur du grand!

 

DSCF0510(1)Déjeuner au restaurant la Plage, une heure et demi d'attente pour être servis, là aussi, premier contact avec ce qu'on appelle le temps africain, mais l'attente est récompensée par des bons plats: carpe, brochettes grillées,poulet, le tout accompagné de frites et pain arabe, seul hic, les ventilateurs ne marchent pas et il nous faut boire des litres de jus pour ne pas mourir de déshydratation en attendant nos plats! Le soir, je découvre l'autre grande famille du Tchad, le monde des expatriés et humanitaires, tout autre chose, une famille que l'on reconnait par ses moyens de transport aux sigles de grandes ONGs ou organisations mondiales (UNICEF, ONU, Intermon...), par ses lieux de sorties aussi (on passe prendre un verre dans un restaurant-bar, Côté Jardin, pour saluer des amis travaillant au Centre Culturel Français ou bien encore pour l'Ambassade et je suis là-bas surprise et choquée de voir qu'on leur sert des mets européens, pizzas, lasagnes, poissons et légumes variés, alcohol... aux prix exhorbitants par rapport au pouvoir d'achat tchadien!), une famille qui malgré sa sympathie, ses convictions, son courage, son engagement, ne fait que me rappeler qu'il existe bien plusieurs mondes: le premier, le deuxième et le tiers monde, et que dans ce dernier, les premiers sont malheureusement toujours les détenteurs de l'argent et du pouvoir....Mon séjour à N'Djaména s'achève par les démarches administratives obligatoires au Consulat de France et au Service Voyages pour obtenir ma carte consulaire et mon visa long séjour, tout cela entre visites aux locaux accompagnée par Séverine, déjeuners avec le père Serge à Arrupe (un grand homme le père Serge!) et l'apparition soudaine et inattendue de la pluie qui nous laisse bloqués une heure au cyber sans pouvoir sortir, la rue Charles de Gaulle (avenue de la résidence présidentielle) devenant impraticable malgré le goudron, car les bas côtés ne bénéficient eux ni de bitum ni de canalisation, donc l'eau stagne et monte petit à petit pour nous arriver presqu'aux genoux! Je pars de la capitale mardi matin aux aurores, en jeep conduit par Gibrin, le chauffeur de l'évêque Henry Coudray, avec un très bon souvenir de N'Djaména, pensant déjà y retourner très vite pour retrouver la bonne ambiance entre les volontaires DCC....A suivre

 

DSCF0516(1)

 

Quand je parlais du bon accueil et de la bonne ambiance, voilà ce que les bières Gala par 35° à 18h font sur nos chers sages coopérants après une courte nuit!

Partager cet article

Repost 0
Published by Tite Luna
commenter cet article

commentaires

Séverine 16/09/2010 18:00


Trop fort ! Et le texte et les pics !


Vianney 13/09/2010 17:56


C'est trop cool de vous voir tout ce beau monde réuni là-bas !